Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 11:23
       Vous avez un contrat de travail peu rassurant et vous aimeriez, soit pour augmenter vos ressources, soit pour tenter d'éviter le passage par la case chomage, vous lancer dans l'aventure de l'auto-entreprenariat qui présente l'avantage de n'exiger que peu de formalités et de n'impliquer de charges sociales et fiscales que sous forme d'un pourcentage des résultats. Donc sans risque.
      Autre hypothèse, vous évoquez ce statut pour vérifier qu'une "reconversion" professionnelle serait une initiative judicieuse, avant de vous y lancer vraiment.
      En effet, à ma connaissance, ce statut n'est compatible qu'avec un revenu annuel plafonné à 32.000 euros.
 Mais tant que vous n'aurez pas atteint un régime de croisière de rentabilité vous convenant, que risquez-vous ?
     
      Si vous êtes sans emploi et sans indemnités sociales, avant de choisir cette option d'entrée, ou de retour, à la Vie active, et si vous n'envisagez de vendre que votre savoir-faire, vous ne risquez pas grand chose. 
     Vous n'avez qu'à vous préoccuper de concevoir une organisation viable et des frais inhérents à la communication de votre existence sur le marché. C'est relativement limité d'autant plus que les opportunités du net, en la matière, peuvent faire économiser beaucoup.  Prévoyez quand même que vous aurez peut-être à financer quelques investissements.
    Si vous évoquez une activité commerciale, à service immédiat,  vous aurez peut-être à prévoir aussi d'avancer la valeur d'un niveau de stock minimum et  même d'un volume de créances clients si vous êtes amenés à accorder des facilités de paiement, même sécurisées (sans compter le risque de chèques impayés).

     Par contre, si vous craignez un licenciement qui vous priverait de vos ressources principales, ou si vous êtes demandeur d'emploi ... prenez un peu votre temps -il semblerait que cela se compte en semaines -
avant de vous identifier en tant qu'auto-entrepreneur.
    En effet, d'après ce que j'ai pu observer,  "les aides de pôle-emploi (car assedic n'existe plus) seront peut-être obsolète d'ici très peu de temps car la nouvelle convention de l'assurance chomage est en cours... et tout peut changer d'ici peu"  en fonction des textes règlementaires...d'autant plus qu'il est également possible que soient apportées simultanément des modifications au statut auto-entrepreneur et si on peut prévoir que, par "l'effet crise" il devienne ainsi encore plus favorable,
il n'est pas certain que soit envisagé un effet rétro-actif.

   Donc pressez-vous lentement et ,afin de rentabiliser cette attente, profitez-en pour établir un Business-Plan qui vous servira de "carte" tout autant routière, pour votre parcours professionnel, que de visite quand vous solliciterez des partenaires pour soutenir ou développer votre projet.

   Vous pouvez trouver sur le Net des modèles de Business -Plan plus ou moins résumés...
   Vous pourrez en trouver un descriptif, ni austère (ce n'est pas le style du lieu) ni exhaustif (toute entreprise est un cas particulier) lors du prochain article , mercredi au plus tard... celui de la semaine à venir, bien sûr.

  A bientôt
  Françoise  

 
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 11:32
         Initialement, cette stratégie consistait à fixer, aux managers des centres de responsabilité de l'Enteprise, des objectifs à atteindre en leur laissant la liberté presque absolue des moyens à mettre en oeuvre.
"presque absolue", car elle était forcément limitée par le potentiel financier disponible.

        Evidemment, cette façon de procéder pouvait être répercutée par les chefs de service envers leurs assistants, etc.
       Cette procédure impliquait un pôle "Ressources Humaines" très performant car la délégation était très forte et l'erreur d'appréciation, relative à l'estimation des compétences d'un dirigeant , avait des conséquences très graves, même si le terme fixé, pour l'atteinte des objectifs,  était associé à une date précise.

        Par ailleurs, les cadres d'entreprise n'étant pas soumis à des contraintes horaires, cette méthode ne se préoccupait pas des impératifs non professionnels de l'individu et pouvait totalement assujettir sa vie - pendant la durée où il acceptait le défi - à sa carrière, avec toutes les conséquences sociales que cela a pu avoir, y compris sur les performances intergénérationnelles et l'entreprise de demain.

        Autre inconvénient, le responsable se trouvait isolé avec sa problématique et, si la conjoncture s'avérait différente de ce qu'elle avait été présumée, il n'osait prendre le risque d'adopter l'attitude flexible, inhabituelle donc qui aurait remis en cause jusqu'à son obligation de moyens,  
qui aurait optimisé ses résultats.

       Enfin, et sans doute le plus grave des inconvénients, ce n'était qu'à l'échéance que l'on constatait le résultat et si celui-ci s'avérait non satisfaisant il était trop tard pour intervenir.
      
Etait-ce le pilote qui avait fait une erreur de conduite ? Un obstacle sur la route ? l'effet fatigue ? L'accident s'imposait et on ne pouvait plus envisager que comment en limiter les dégâts.

       L'impasse sur le contrôle de gestion avait coûté cher.
       
Enlevez le "presque absolu" 
de la première phrase et vous obtenez sans doute une des explications - et non des moindres - de la crise financière actuelle.

        Faut-il en déduire que le "Management par Objectif" est une stratégie à abandonner ?

        Certainement pas. A encadrer... et l'encadreur sera le contrôleur de gestion qui, parce qu'il ne pilote pas, peut garder le regard fixé sur les tableaux de bord et donner à celui qui conduit les indications utiles qui lui permettront d'adapter son comportement non seulement à la destination visée mais encore aux exigences du véhicule et des passagers.

        Naturellement, c'est avec le manager que le contrôleur de gestion aura déterminé les indicateurs significatifs du Tableau de bord, suivant l'action entreprise, et les moyens indispensables dont les besoins en carburant ( finances, autres ressources) pouvant être couverts entièrement dès la case départ ou exigeant des haltes ponctuelles à des dates au plus tard et en fonction des kms parcourus (performances partielles observées) au plus tôt.
             
      Parmi les indicateurs on retiendra essentiellement pour critères :
             - des repères d'orientation : Restons- nous sur la trajectoire déterminée
             - des repères quantitatifs  : Avons nous effectué le volume d'opérations indispensables à l'instant "t" ( nombre de visites clients ou de rendez-vous obtenus ...)
             - des repères qualitatifs :  les méthodes employées ont-elles l'impact attendu ou convient-il de réviser, par exemple, les argûments utilisés...
             -
le niveau de ressources disponibles ou accessibles
             - le respect du calendrier    

     Il est fondamental que les responsabilités soient déléguées car les exigences en matière d'information (nature et rapidité d'accès) impliquent des interventions et des prise de décision décentralisées.
    
Il est tout autant indispensable que les risques soient couverts par une organisation qui accepte le coût de  la lucidité et qui ne considère pas l'imperfection comme un aléa mais comme une réalité à prendre en considération.

     Françoise -L.
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 09:40

Et comme il ne s'agit pas d'un monologue, cela implique que les 2 personnages soient différents et complémentaires.
L'Auditeur est un intervenant ponctuel, éventuellement sollicité sur la demande du contrôleur de gestion, ce n'est pas le cas le plus fréquent.
Il a accès à des documents ciblés, présentés (par écrits et oralement) par des agents de l'entreprise, afin de formuler sa vision d'une situation qui lui est exposée.
Il n'a pas un rôle curatif mais il émet un diagnostic, avec les réserves qu'impliquent l'étendue de sa mission, et, si on le lui demande, il peut exprimer des recommandations qui, quand elles résultent de sa propre initiative, n'ont pas un caractère obligatoire.

Le Contrôleur de gestion, est un agent de l'entreprise.
Il n'est pas le pilote mais il construit la carte qui permettra au pilote, le manager, de se rendre du point de départ (situation actuelle) à l'étape qui correspond à l'état de l'entreprise une fois l'objectif fixé, atteint.
Il vérifie également que l'état du véhicule (ensemble entreprise) est compatible avec le chemin à parcourir et éventuellement propose les réparations et les révisions nécessaires, en fonction du temps et des moyens disponibles, avant le démarrage.
Au moyen de techniques appropriées (PERT, MPM) il prévoit le déroulement des procédures dans les conditions normales et permet d'obtenir une estimation  
- de la durée moyenne d'une opération déterminée
- (ainsi que) de ses effets induits sur les autres pôles d'activité de l'entreprise, aux différentes étapes. 
Il évoque aussi les adaptations éventuelles liées à l'évolution de la conjoncture (obstacles ou opportunités)
Il reste en contact permanent entre Le pilote, les co-pilotes, et les pilotés.

Le contrôleur de gestion, à ce titre, a des responsabilités sur la cohérence des actions des différents intervenants, et, si tel est le cas, sur la cohésion des unités qui constituent le réseau "Entreprise".

Il n'est pas censeur mais médiateur. Il entend et présente les attentes de chacun, dont la réalisation est dépendante de la performance entreprise qui devient ainsi l'interêt commun au service des intérêts individuels.
Il propose, sous forme de conclusions personnalisées, des comportements qu'il estime adéquats et les soumets à l'approbation, avec mise au point et adaptation, de
ceux qui s'engageront à les tenir.
Il ne peut exister de partenariat solide et efficace sans engagements des partenaires, sous réserve des incertitudes inhérentes au phénomène "Vie" lui-même.

L'Entreprise, Etat dans l'état, Entité nourricière des Etres vivants, a le devoir de veiller à sa pérénité, et même, à son Eternité.  Il est évident que cela ne peut être conçu dans l'immobilisme mais dans une attitude évolutive.
L'Entreprise est donc le modèle d'un Corps éternel hébergeant une Ame éternelle.

Les contrôleurs de gestion doivent veiller à la bonne santé du tout et aucune cellule ne peut être négligée car elle pourrait être le nid du développement d'une "mal à dit" qui risquerait de se propager ou de générer des solutions chirurgicales forcément mutilantes, donc affaiblissantes, et une période critique.

Le capitalisme semble avoir atteint son seuil d'incompétence.
Le solidarisme en est à ses premiers pas.

Le contrôleur de gestion contemporain aura,
à mon avis ( ce qui justifie la couleur "orange"), pour fonction fondamentale de conduire le premier vers une retraite paisible et de permettre au deuxième de croitre et de se développer afin d'accomplir sa mission au service des vies, de la Vie.

Françoise -L. A-M

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 09:58
                 Avant d'évoquer cette classification, il me semble nécessaire de reporter les définitions ci-après qui font apparaître la différence entre ce qui est un "Besoin" et ce qui est un "Désir"
Le Besoin
est la manifestation d'un manque préjudiciable à la survie de la personne que celle-ci soit physique ou morale (entreprise)
Les Désirs sont des moyens envisagés pour combler les manques révélés par les besoins.
A ce titre, ils sont substituables.
On remarquera encore qu'un désir n'est qu'une condition nécessaire à l'expression d'une volonté qui, seule, a la capacité de générer l'action  permettant la réalisation de la satisfaction d'un besoin précis.

                 La hiérarchie des besoins proposée par MASLOW n'est pas, en soi, contestable.
                
Mais il convient de préciser que ce n'est pas une échelle que l'on peut monter ou descendre.
                 Elle est à sens unique, quelles qu'en soient les apparences théoriques  

     
Le 1er (des 5 niveaux) exprime les besoins d'ordre physiologique : 
       -
Pour la personne physique : respirer, manger, éliminer, dormir
       - Pour l'entreprise 
:  Avoir un statut juridique, un objet, un manager compétent, un marché potentiel.

     Le 2ème niveau exprime les besoin de sécurité :
      
- Pour la personne physique : un logement, se sentir protégée en cas de soucis de santé, d'accidents.. 
       - Pour l'entreprise : Se sentir soutenue dans ses partenariats ( salariés, clients, fournisseurs, banques, assureurs, état)

  
  Le 3ème niveau exprime le besoin de reconnaissance et d'appartenance sociale 
       - Pour la personne physique : Se sentir intégrée dans son milieu social ( travail, famille, groupes relationnels) ce qui correspond au ressenti d'être reconnu et respecté
      - Pour l'entreprise : Elle a besoin de constater qu'elle est intégrée au panel des concurrents dans son domaine d'exploitation et consultée pour des décisions impliquant le marché sur lequel elle évolue

    
Le 4ème niveau exprime le besoin d'estime 
    
    - Pour la personne physique : s'épanouir dans des activités valorisantes qui lui donnent l'impression de "grandir" et de réaliser son projet de vie
        - Pour l'entreprise : Elle a besoin de dépasser ses propres limites structurelles et de se développer au-delà de son objet initial ( constitution de réseaux, de groupements, fusions, filialisations, introduction sur le marché boursier...)  

   Le 5ème niveau : Besoin d'altruisme    
     
   - Pour la personne physique : avoir conscience de participer à l'amélioration des conditions de vie de ses contemporains, à la sauvegarde des générations à venir et d' influencer, par son comportement, l'évolution favorable de l'univers.
       - Pour l'entreprise : Devenir un paramètre incontournable de l'activité économique  aussi bien par l'influence qu'elle aura sur les comportements de son époque (création de ressources nouvelles activant - ou répondant à - de nouveaux besoins) que par son positionnement dans la mémoire de l'évolution des civilisations (innovations - protection) 

           Cette échelle ne pouvant pas se descendre sans blessure grave (parfois mortelle) ni souffrance, malgré les apparences, 
et le temps nous obligeant à une attitude dynamique, si on ne peut poursuivre la progression, il faut découvrir des chemins permettant d'explorer d'autres stratégies nous maintenant au niveau atteint.
            Cette démarche de consolidation, non statique, n'est pas automatique.             
            Il faut prendre conscience qu'elle existe et que, condition de survie, elle s'avère inévitable.

            Le contrôleur de gestion doit être capable de situer à quel niveau se situe l'entreprise, dans laquelle il intervient, afin d'utiliser les moyens opportuns pour assurer une trajectoire orientée soit en altitude, soit en pentes ascendantes, soit horizontalement. Il ne cherchera ni à l'immobiliser ni à préparer la descente.
             Les ressources de l'entreprise devant être adaptées à la stratégie définie, il faudra vérifier que chacunes
soient en adéquation avec le besoin du moment ( ressources humaines, ressources financières...)
c'est dans cette démarche qu'il devra faire preuve non seulement de facultés d'observation,  de compétences techniques, et de rigueur mais encore de créativité, de conviction et de communication.
          
  En effet, que ce soit la personne physique ou la personne morale, l'attitude à adopter, pour résister aux pressions ( vers le bas) de la conjoncture puis pour les utiliser en tant que force de propulsion, demeure dans sa conscience de sa valeur intrinsèque et dans sa capacité de créativité orientée.   
           
   Françoise-L.  A-M            
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 15:09
Avant de nous lancer dans la méthodologie et les techniques spécifiques à cette fonction, je souhaite vous communiquer ma première expérience, vécue sur le terrain. 
 
C'était en ?  ... On dira : il y a longtemps.
Je venais d'être engagée comme chef comptable dans une filiale, spécialisée dans l'activité bâtiment, d'une cimenterie très connue. Nous étions à 3 jours de la fin de ma période dite d'essai quand le Directeur Général, diplômé de Polytechnique, me fit présenter, par sa secrétaire, un courrier prêt au départ, pour avis.

A dire vrai, je ne sais même pas poser un grillage. Imaginez concevoir un mur .

En fait, il s'agissait d'un rapport établi par un ingénieur de l'entreprise, et dont je n'ai gardé en mémoire que l'image de chiffres encadrés, qualifiés de pourcentages.
Ledit rapport, était déjà signé de l'auteur et du Directeur Général.
J'avais beau le feuilleter, je ne voyais pas en quoi je pourrais donner un avis présentant quelque intérêt.
Je commençais à m'énerver un peu (à l'époque j'étais moins patiente) contre les Parisiens et les Polytechniciens ne sachant à laquelle de ces caractéristiques de notre Chef,  je devais l'idée saugrenue d'avoir sollicité mon intervention.
Et puis j'ai décidé de recalculer les pourcentages.  Le premier : Je trouve une valeur différente.  Le deuxième : Pas mieux.  Peut-être que je me trompais de bases.

Finalement j'ai rendu le document accompagné de ces quelques mots :
Sur le fonds, je ne comprends rien car je n'ai aucune connaissance en ce domaine. En ce qui concerne les pourcentages, je n'ai pas trouvé les mêmes valeurs mais je n'ai sans doute pas retenu les bonnes références.

6 mois plus tard, connaissant mieux l'ingénieur, rédacteur de ce rapport que je n'avais pas réussi à oublier ( j'étais bien la seule), je lui demandais :
Comment calculez-vous les pourcentages ? J'ai vu un rapport de vous...
Il s'est mis à rire et j'ai compris : Ils avaient voulu tester s'ils pouvaient croire en mes affirmations.
Ils auraient admis que je ne relève aucune anomalie à condition que j'avoue ne rien comprendre et, qu'en conséquence, je refuse de formuler quelque avis.
Par contre, si j'avais répondu, "cela me satisfait aussi" (et je reconnais que cette réponse me tentait) le surlendemain marquait la fin de mon contrat.

Plus tard, quand c'est moi qui ai recrûté des assistants experts-comptables, j'ai compris que, si je ne voulais pas devoir refaire leurs contrôles ou demeurer dans l'angoisse en tant que responsable de leurs conclusions, je pouvais, lors de leur sélection, m'inspirer de mon expérience d'antan :
Je leur communiquais une balance où il manquait au moins un compte et ceux qui présentaient un bilan équilibré  étaient automatiquement éliminés.

 
La première initiative des managers compétents est de s'assurer qu'ils peuvent avoir confiance en la parole et dans le comportement du contrôleur de gestion qu'ils choisissent en tant que copilote. 

 
Françoise-L.   A-M



Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 12:13
Le contrôleur de gestion ne doit donc plus limiter ses fonctions à contrôler à postériori.

                 Evolution de l’Entreprise 

                                                            

     Système de management classique : A base de planifications et de procédures détaillées. 

Les agents ont des objectifs précis et des moyens d’action limités aux exigences de leur fonction. En cas d’imprévus,  système « D », peu de maitrise sur le court terme et aucune des effets à moyen terme.
On peut alors à assister à des réactions en chaine des systèmes D de chacun où D, initiale de « Débrouille-toi », devient plus en plus employée pour  « Défends-toi »

             Système réactif : pratique une décentralisation des initiatives aux acteurs du terrain ce qui augmente la responsabilité de ceux qui les ont sélectionnés (AUSSI) et de ceux qui ont formé les équipes. En fait le cadre procédural est moins strict mais la délégation d’initiatives suppose une augmentation de la confiance réciproque.

            L’augmentation de la rapidité de l’évolution de la conjoncture impose de passer d’un système à l’autre.

            Les freins : Ceux qui ont besoin d’affirmer leur pouvoir, qu’ils assimilent à leur valeur identitaire,  se sentent frustrés et ont du mal à partager l’information support de leur positionnement hiérarchique. Ceux pour qui les responsabilités représentent un potentiel de culpabilité et, à ce titre, de réprimandes, ne sont pas à l’aise dans un contexte ouvert où ils manquent de repères.

           Il n’est donc pas plus possible, ou souhaitable, de passer de l’un à l’autre sans transition, que de sauter de l’étage pour s’éviter le temps de descendre par les escaliers.

           Le contrôleur de gestion a en charge d’assurer la transition mais d’abord de convaincre qu’il y a des temps d’adaptation inévitables aux différentes étapes de la croissance.

 

Modalités de passage :

Les centres de décisions, initialement loin du terrain, s’en rapprochent en spécialisant (paradoxe) les niveaux hiérarchiques intermédiaires afin de pouvoir les décentraliser et les intégrer aux groupes opérationnels.

Sur place, ils assurent non seulement la diffusion des objectifs mais encore la cohésion des équipes, les médiations et vulgarisent les techniques d’auto- contrôle. 

 

Peu à peu le cloisonnement initial perd de son étanchéité pour gagner en efficacité.

La communication commence à la base et seuls les problèmes non réglés remontent jusqu’au niveau  compétent pour évoquer des solutions qui sont proposées aux exécutants avant d’être adoptées et FINANCEES. Ceux qui ont besoin d’affirmer leur autorité font partie de ceux qui proposent des choix. Ceux qui craignent des représailles seront couverts, même s’ils suggèrent des initiatives que leur position sur le terrain leur permet d’apprécier, par le fait qu’ils ne se trouvent pas à la source des stratégies décidées.

 

Le contrôle de performance initial, par référence à des standards, se personnalise ce qui amènera à  une personnalisation des standards.

Quand la vision subjective donne « une image plus fidèle » que la vision objective, elle devient privilégiée. L’écoute des clients, de leurs attentes et de leurs moyens, ainsi que de leur degré de satisfaction devient un critère de créativité. Le produit est révisé pour s’adapter à la demande potentielle, qu’elle concerne la nature ou les tarifs (coûts cible).

Les contrôles de performances ne sont plus fondés exclusivement sur des critères quantitatifs mais encore qualitatifs. Les facteurs « temps », « espace », « écologie » sont pris en compte. 

             Peu à peu nous devenons conscients que nous ne sommes que les emprunteurs du monde des générations à venir, et que nous devons AUSSI prévoir leurs intérêts.

                                                                                                                         Françoise-L. A-M

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 15:56

Ce test, initialement diffusé sur le blog en lien "psychologie positive" a été adapté au sujet.
Il permettra aux étudiants, et aux entrepreneurs, qui se reconnaîtront au niveau des conclusions, d'adopter le comportement le plus favorable aux résultats qu'ils souhaitent.

L'intérêt de ce test est aussi de concevoir que ce qui convient à l'un ou l'une n'est pas l'optimum pour l'autre. En connaissance des besoins de chacun, trouvez vos complémentarités et optimisez ainsi le partenariat.  
L'harmonisation des contraires est difficile mais sa réussite est superbe et mérite les efforts.
Le monde doit prendre en compte le mode d'épanouissement des personnes qui le composent car l'accélération des progrès et des innovations réduit les temps d'adaptation. Les générations montantes sont de moins en moins patientes.  

Cette évolution implique que celui qui n'avance pas à la place qui convient à son pas, peut entrainer dans sa chute toute l'équipe... Que cette équipe soit Famille, Entreprise ou Groupe Relationnel.

Te  Test de Personnalité - Vivre au meilleur de Soi

Méthode ACC : Test : Identifier notre mode  d’accomplissement personnel

Ce test comporte 9 questions avec, pour chacune, 4 réponses proposées.

Il est possible de cocher plusieurs réponses pour la même proposition.

 

1)      Enfant j’ai le souvenir d’avoir :

- Cru que les adultes avaient le savoir.                              X

- Voulu vérifier les enseignements reçus.                           Y

- Choisi  d’obéir pour plaire.                                             Z

- Inventé des occasions contestables pour ne pas obéir       V

2)      Mes préférences à l’école

- Récitation                                                                 V et Y

- Rédaction                                                                 X et  Z

- Calcul ou mathématiques                                             V et  X

- Sciences de la nature (géographie, sc. naturelles…)          Y et  Z

3)      Mes colères ont souvent été (sont) ma façon :

- D’exprimer mon désaccord                                            X

- De provoquer mon entourage que je trouvais passif           V

- De partager mes souffrances                                        Z

- D’affirmer ma volonté                                                  Y

4)      Mes joies ont souvent été (sont) de :

- Participer à des activités sportives                                 V

- Avoir suivi mon planning                                                X

- Etre invité(e) à une fête                                               Z

- Recevoir des amis à la maison                                        Y

5)      Les circonstances (ou hasards) m’ont souvent amené(e) à :

- Evoluer en milieu médical                                               Y

- Affirmer mes convictions (accords et refus)                      X

- Exercer des activités à risques                                       V

- Participer à des actions collectives                                 Z

6)      Vos expériences les plus fréquentes

- Positionnement(s) en tant que leader                              V

- Expression de ma position indépendante                          X

- Interventions en cas de dysfonctionnements                    Y

- Soutien de personnes en difficultés                                 Z

7)      Aujourd’hui je préfèrerais me charger de

                   -  Organiser une réception                                              Z

                    -  Participer à une mission de secouriste                           V

                    -  Participer à un débat                                                 X

                    -  Optimiser l’occupation d’un espace                               Y

8)      Un métier, ou une activité, que j’exerce ou qu’il me plairait d’exercer     

               - Médecin     Y     -     Avocat                           X 
          -  Artiste      Z     -      Pilote (Avion,  Rallyes)     V                  

9)      Un métier que je n’aurais pu exercer

- Ecrivain      Y     -                 Chirurgien           Z

- Ebéniste     X     -                 Comptable          V


Calculez le nombre de vos réponses V,X,Y, Z ou scores :

 

1)      Il y a  un score plus élevé que les autres (même à 1 point près)

  V : Votre épanouissement implique un comportement spécifique « URIEL »

  X : Votre épanouissement implique un comportement spécifique  « MICHAEL »,

              Y : Votre épanouissement implique un comportement spécifique  « RAPHAEL »,

              Z : Votre épanouissement implique un comportement spécifique  « GABRIEL »,

2)      Si les scores obtenus sont assez proches,  vous avez en charge la médiation entre acteurs avançant suivant les modalités de leur voie spécifique. Suivant vos centres d’intérêt, vos modalités d’intervention sont flexibles et votre chemin a l’allure d’une ellipse.  

 

3)      Conclusions : Comportements épanouissants suivant chaque typologie :

           URIEL : Vous aimez vous engager dans des actions qui demandent des initiatives à la tangente des dangers et vous traduisez le terme « risque» en « défi ». L’immobilisme et la passivité, autres que phases de récupération, vous étiolent.   De façon directe ou indirecte, vous êtes concerné par des événements  impliquant votre intervention en situation non sécurisée.

        Vos joies ressemblent à celles des sportifs sur un podium

          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Pour vous trouver en situation de danger, vous pourriez avoir tendance 

- soit à prendre du retard afin de devoir assumer l’apprentissage qui nécessite plusieurs heures en ne disposant que d’un temps limité

- soit à faire le pari « impasses »

Vos atouts : Le trac vous stimule et vous exercez votre créativité pour trouver des solutions, éventuellement originales.  

Conseils d’apprentissage : 

   Exercez votre endurance et utilisez votre audace au service de votre créativité.

   Votre communication devra être orientée pour convaincre vos partenaires de l’opportunité de vos solutions originales

 

           MICHAEL : Votre esprit critique vous permet de mettre en évidence systématiquement  les dysfonctionnements,  erreurs,  injustices, et d’ordonner des situations anarchiques jusqu’à obtention d’une organisation harmonieuse.

De façon directe ou indirecte, vous êtes concerné par des événements  impliquant votre intervention en situation à réguler.

   Vos joies ressemblent à celles des contestataires ayant obtenu leur reconnaissance

   La réussite de l’accomplissement des tâches qui vous sont confiées,   suppose la mise en œuvre de vos facultés d’analyse, de communication, de  démonstration, et de persévérance.

     .          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Par souci d’ordonnancement immédiat, vous pourriez avoir tendance 

- soit à analyser les détails avant de prendre connaissance de l’ensemble

- soit à passer trop de temps à redresser les insuffisances et pas assez à optimiser les qualités

Vos atouts : Votre organisation et votre esprit d’analyse, que vous utilisez tout autant pour situer les dysfonctionnements que pour optimiser ce qui fonctionne le mieux

Conseils d’apprentissage : 

   Notez les anomalies que vous constatez rapidement mais retenez-vous de conclure ou d’évoquer des actions correctrices avant d’avoir consulté l’intégralité de la problématique.

 Votre communication devra être orientée de façon à ce que vos observations soient retenues comme une manifestation de votre intérêt et non comme une formulation de critiques.

 

          RAPHAEL : Vous savez déterminer les réels besoins des personnes et des situations, au-delà des apparences. Vous doutez peu de vos conclusions et vous éprouvez l’assurance nécessaire pour être précis quand vous intervenez  
Vous aimez les challenges dont la réussite est un partage. 

Vos joies ressemblent à celles de ceux qui ont fait gagner leur équipe

.          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Par souci d’efficacité vous pourriez avoir tendance

- soit à déléguer difficilement, y compris votre apprentissage, et perdre du temps

- soit à optimiser le fonctionnement de certains postes au détriment de l’harmonie du tout. 

Vos atouts : Votre sens de l’initiative et votre capacité à définir et mettre en œuvre les comportements les plus performants pour chaque unité

Conseils d’apprentissage :

  Prenez connaissance de l’ensemble de la situation et des conséquences, sur les autres paramètres, de l’initiative que vous préconisez pour optimiser la productivité d’un poste.  

 Votre communication devra convaincre que c’est en connaissance des effets induits que vous avez maintenu votre décision de modifier certains éléments de l’organisation en place.    

 

          GABRIEL : Votre vision est avant tout globale. Les éléments qui constituent l’ensemble peuvent être très différents, ce qui vous plait c’est de coordonner leur fonctionnement afin que l’optimum de chacun serve l’optimum du tout.

Vos joies ressemblent à celles d’amis qui se retrouvent.

                       .          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Par souci d’harmonisation vous pourriez avoir tendance

- A uniformiser vos efforts sans privilégier les facteurs clés de succès (de vos enseignements)

- A choisir des organisations qui privilégient le maintien de chaque unité même si ce n’est pas la meilleure solution.

Vos atouts : Vous ne négligez aucun élément et vous identifiez facilement les liens opérationnels entre les différents partenaires.

Conseils d’apprentissage : 

 Efforcez-vous de définir, après avoir pris connaissance de la situation, les objectifs prioritaires, ceux fondamentaux et ceux qui sont de confort.

 Votre communication consistera à faire reconnaitre que la performance globale passe par le positionnement juste (opportun et équitable) de ceux qui y contribuent.

  

F.A-M 

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 18:52

Imaginons un groupe de randonneurs :
Le manager est le premier de cordée. Il choisit l'itinéraire.
Le contrôleur de gestion, ferme la marche et s'assure que toute l'équipe suit.

Imaginons la conception d'un véhicule:
Le manager choisit les performances du moteur
Le contrôleur de gestion adapte la carrosserie.

 Leurs rôles sont complémentaires     MAIS

- Vous comprenez que parfois le contrôleur de gestion énerve le manager quand il lui demande de ralentir en optant pour un chemin plus accessible à tous, s'il veut que l'ensemble arrive à bon port
- Vous comprenez que le contrôleur de gestion énerve le manager quand il décide de choisir une carrosserie plus lourde qui aura forcément un impact sur la vitesse du véhicule.
Car le but du manager est d'arriver le premier, celui du contrôleur est d'assurer qu'il arrive.
 
Vous me direz que le manager et le contrôleur de gestion étaient ensemble pour sélectionner les escaladeurs participant.
C'est cependant le contrôleur de gestion qui devra inviter les retardataires chroniques à réviser leur rythme, s'ils le peuvent, ou à changer de cordée s'ils ne peuvent soutenir l'allure générale car ils risquent d'être blessés pendant l'ascension.
Le contrôleur de gestion fera également remarquer qu'un moteur de grosse cylindrée sur une petite voiture ne permet pas d'avancer vite longtemps car la voiture ne roule plus, elle tourne.

Les discussions seront parfois "vives". 
Alors le manager définira sa liberté de manoeuvre en fonction des limites identifiées par le contrôleur de gestion qui de son côté suggèrera des stratégies pour repousser ces limites toujours plus loin et plus vite.

Ecoutez-les pendant les préparatifs :
Le manager : Ton tableau de bord est trop détaillé. Fais en sorte qu'une lumière rouge s'allume si une anomalie se produit .  
Le contrôleur : Et comment sauras-tu l'action correctrice à entreprendre?
Le manager : Si je vois la lumière rouge je te téléphone et comme toi tu auras tes tableaux sous les yeux tu verras ce qui ne va pas et me signalera la manoeuvre appropriée.

Vous avez compris. Le manager fait confiance au contrôleur.
Ils ont défini ensemble la stratégie et les moyens à mettre en oeuvre. Ensuite le manager pilote vers l'objectif défini et le contrôleur surveille en permanence que l'évolution est conforme aux prévisions grâce aux indicateurs qu'il a conçus -calculs plus ou moins complexes -.
S'il détecte une anomalie, il prévient le manager pour que celui-ci adapte sa conduite le temps nécessaire à la réparation ou modifie sa trajectoire, au moins temporairement. 
 
F.A-M

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 13:31
A ce titre il est responsable de l'harmonie de la mélodie "'Entreprise".

Une harmonie qui charmera tout autant ceux qui y participent que ceux qui la reçoivent, et sera le garant de la continuité de son maintien sur la scène de la vie.

Ceci implique que le contrôleur de gestion  veille à ce que les musiciens disposent de l'instrument , dont ils aiment jouer et dont ils ont la maitrise, ainsi que de leur partition spécifique.
Il les sélectionnera en fonction de leur talent dans leur domaine, et s'assurera du fait qu'ils connaissent de façon synthétique la symphonie choisie par l'entreprise. Il tiendra compte également de leur capacité à être attentifs au jeu des autres pour réussir leur entrée en scène au moment opportun.
Il doit encourager chacun à se comporter en partenaire et non en cabot  qui, pour monopoliser l'attention, interviendrait de façon anarchique et, faute d'être capable d'un comportement remarquable, chercherait des occasions d'être remarqué.

 Imagineriez-vous un pianiste au violon, un contrebassiste au piano, et un violoniste à la contrebasse?
C'est comme si au sein de l'entreprise on chargeait le comptable des négociations commerciales, le commercial de l'établissement des bilans...
Et que dans un cas, comme dans l'autre, pour raisons d'impératifs personnels d'ordre économique, ils acceptent !!

dans une petite formation musicale, ou dans une petite entreprise, les en "jeux" sont simplifiés et la polyvalence est souvent de mise,  mais dans une grande structure je ne vous raconte pas la cacophonie... 

Les musiciens pourront alors se reconvertir en maraichers ( vente de tomates) 
Les agents de la grande entreprise auront plus de difficultés car les tuiles cassées c'est difficilement négociable.

Certains médecins affirment qu'il vaut mieux prévenir que guérir.
En entreprise on devra extrapoler ainsi : il vaut mieux prévenir que mourrir.

Etre contrôleur de gestion n'est pas un poste reposant. 
Que ce soit une fonction passionnante.

F.A-M




 
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Françoise ANRIGO - MARTIN
  • : Vision du contrôleur de gestion des stratégies d'entreprises et des stratégies politiques et recherche du pilotage optimum en fonction de l'évolution sociétale
  • Contact

Profil

  • Françoise ANRIGO - MARTIN
  • Chef comptable puis Auditeur, puis Professeur et, désormais, également Maitre Praticien en PNL.

Texte Libre

Pour les Etudiants, Entrepreneurs de demain et pour les Chefs d'Entreprises d'aujourd'hui.

         Afin que chacun progresse sur son chemin professionnel qui est une des voies d'accession au plateau d'excellencelà où le raisonnement atteint la vitesse de l'intuition dont il ne se distingue que par le sentiment de certitude qui l'accompagne. L'action juste (forme, fonds et délai) en résulte.
      J'invite, ceux qui viendront jusqu'à ce blog, à proposer leurs avis en utilisant la rubrique "commentaires"

                      De Fonds Sérieux, de Forme Joyeuse :  ---------------------> 
En Alliance avec la Vie

                                F. A-M

  Nombre de Consultants de ce blog    créé le 23 -09-2008   : 60.122       au   10-10-2014

                               Il y a, actuellement,   personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte Libre

Pages