Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 12:27
             Comme si vous y étiez :

             Imagine un état (ça marche surtout avec plusieurs) qui détien(nen)t une réserve d'or considérable parce qu'à une époque éloignée - celle où des sages croyaient qu'il y en aurait assez pour 1000 ans - ce métal servait de garant à la monnaie fiduciaire (nos billets de banque, de quelque couleur qu'ils soient).
            Tu imagines toujours.
En fait, petite erreur d'estimation, ce n'était pas 1000 ans mais 60 ans.
60 ans plus tard, fruit d'une politique économique - ou d'une économie politique - extrèmement dépensière, tout le monde -ou le monde entier- se découvre totalement endetté.
Un intense besoin de liquidités s'impose.  Non seulement aux ménages sur-endettés (eux, c'est de leur faute, ils n'avaient qu'à pas copier la stratégie des riches), mais à tous.

 
   Question° Si tu étais chef d'état, tu ferais quoi pour disposer à nouveau de liquidités?
    Réponse (simpliste) : - J'en créerais.
                       ° Et quel support choisirais-tu ?
                       - Je vois le piège. pas l'or, bien sûr puisqu'il n'y en aurait pas assez. J'en change.
                       ° Et que feras tu de tes réserves d'or ?
                       - Je les vends
avant 
                       ° A qui ?
                       - A ceux qui attendent (et pour causes) un nouveau BRETTON-WOODS et pour qui le mot restaurer n'implique pas de modifier les fondations. Juste le décor. Une dévaluation, comme d'hab !
Au fait, mon grand-père a acheté un coffre et quelques lingots. Il en fera quoi, après, de son or ?        

                      - "Comme il lui plaira": des bagues, des statues, des casseroles, ...    
Ceci étant, c'est moi qui pose les questions. Tu as deviné mes devinettes. l'entretien est terminé.

 Nb: La finalité de ce blog est, comme son nom l'indique, le contrôle de gestion.
       Ces articles n'étaient qu'une démonstration des apparences auxquelles il ne faut pas se fier, quels que soient ceux et celles qui les présentent. Ce qui compte le plus ce n'est pas l'animateur mais l'action (encore elle!).

         Et aussi pour rendre service aux grands-pères.
            
         Françoise A-MARTIN
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 10:56
Faire prendre des vessies pour des lanternes, c'est la façon de berner les littéraires.
Faire prendre Le cercle, ou l'ellipse, pour une spirale c'est la méthode qui nous est réservée.

J'ai évoqué de vous inviter à vérifier le contenu de vos boites à outils avant d'intervenir.
L'une d'elles contiendra  vos minima mathématiques.
Exemple :
La différence entre un cercle (ou une éllipse -comme l'a précisé Frédéric-)  et une spirale c'est que sur une spirale on peut situer le début et la suite. Dans les 2 autres représentations, ce n'est pas le cas.
       Or que lis-je, qu'entends-je sur toutes les radios, les télés et même dans les rues :
       La crise financière a pour effet : la délocalisation, le chomage, la perte du pouvoir d'achat ... heureusement que nos gouvernants - qui n'y sont pour rien car la conjoncture c'est comme un cyclone: La faute à personne ! - vont nous accorder des délais de paiement et même des subventionnettes à l'occasion.
    
La réalité, c'est l'INVERSE
    Un bref aperçu de mon article précédent vous le remémorera si nécessaire.
     La cause étant rétablie au niveau des esprits, ce qui demeure essentiel c'est le traitement :
     BRETTON-WOODS revisité !  En d'autres termes, la planche à billets !
     Ce qui préoccupe nos monnayeurs c'est de nous présenter un étalon qui tienne la distance et auquel les turfistes (de turf = travail) puissent croire ... même un peu.
     Nous, les turfistes, ne nous laissons pas prendre pour des truffistes!
     La planche à billets, d'accord. De toutes façons on n'a pas d'autre choix puisque le monde entier est endetté et qu'il ne reste plus de liquidités nulle part.   
     Mais nous devons mobiliser toute notre vigileance pour que la monnaie revenue soit équitablement, et au moins intelligemment, attribuée :
    Pour secourir les indigents, dont la nature sa flore, sa faune et ses légumes, Puis
les épargnants naïfs, qui n'espéraient que financer leur retraite pour ne pas être à la charge de leurs enfants- Puis pour  relancer le moteur économique c'est à dire le pouvoir d'achat des consommateurs -travailleurs, des créateurs d'emplois et inventeurs des moyens de répondre aux exigences de demain.
    Ce que je crains, c'est que ceux qui voulaient nous faire confondre cercle et spirale, soient les instigateurs, incontrôlés, ou seulement par leurs pairs, de l'opération,  : On assisterait alors à la revalorisation des titres spéculatifs ce qui permettrait de super-profits à ceux qui ont misé sur le capitalisme chronique et ont ruiné de malheureux petits épargnants en achetant à bas cours de crise , en attendant, confortablement installés au millieu des étoiles d'un palace, la solution qui les rendrait encore plus riches.
   "Isabelle si le roi avait su cela, on ne lui aurait pas coupé la tête".

   Que cette phrase soit le garde-fous de nos dirigeants afin que s'ils décident sans taboue ce soit aussi sans trompette (de tromperie)

    Françoise-L  A-M



Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 12:15
      Imaginez qu'elle ne soit que chez nous, ou qu'en Europe, ou qu'en Europe et aux USA :  Bonjour les déplacements des valises de capitaux. Sauve très peu et pour le temps limité d'une vie résiduelle !
     
Ouf! Ce scénario catastrophe nous est évité.  
      Nous gardons donc les moyens de nous soigner et même de nous guérir... durablement.

      Mais comment en est-on arrivés là ?  Petite explication très schématique, presque un dessin.
      
Les anachronismes sont volontaires pour la clarté de l'exposé.
     
Michel crée une entreprise et apporte en capital 1000 euros représenté par 100 reçus - avant que les titres ne soient dématérialisés c'était ainsi - appelés actions, de 10 euros.
     Son entreprise réalise des bénéfices et pour chaque action de 10 euros il reçoit en fin d'année 2 euros, rentabilité 20%, ce qui est honorable.  Il laisse une partie du bénéfice au sein de l'entreprise pour financer des investissements qui augmenteront la rentabilité globale.
     Je précise que son bénéfice n'est que de 20% car il rémunère des salariés qui achètent les produits de Jacques , ce qui est rentable pour Jacques et lui donne les moyens d'acheter les produits de Michel...
      Genre spirale vertueuse...

      Et puis le temps passe, et un jour arrive Spéculus 1er qui trouve que la rentabilité de ces entreprises est appréciable et qui propose à Michel et à Jacques d'acheter leurs actions (ce qui lui confèrera les droits à bénéfice ) mais de leur laisser gérer leur affaire vu que lui, sur ce plan, il n'y comprend rien.
     Michel et Jacques acceptent mais comme leur outil de travail a désormais l'expérience d'un fonctionnement, ils vendent leurs actions 100 euros alors que le capital de l'entreprise majoré des bénéfices laissés en réserve ne correspondrait qu'à une valeur de 50 euros.  La rentabilité 20% de 50 euros soit 10 euros ne représentera pour Spéculus que l'intérêt d'un placement à 10%.
     Comme il estime que ces entreprises vont améliorer leur score, pas grave, se dit-il, à partir de l'an prochain et, raison de plus dans 2 ans, je retrouverai les profits d'antan.
    C'est effectivement ce qui se passe quand se présente Spéculus 2ème qui surpaye ses actions à Spéculus 1er en tenant le même raisonnement puis Spéculus 3ème ... 

    Arrivé à Spéculus 10ème, il reste peu de marge de manoeuvre intrinsèque. Qu'à cela ne tienne,
on change les modalités de fonctionnement 
      Et commence alors la spirale vicieuse:
      - augmentation des parts de bénéfice distribué, et, pour entretenir les capitaux, on emprunte ... Avant les emprunts servaient à entretenir et développer l'outil de travail.
      - Il fallait s'y attendre: Les frais financiers diminuent les résultats. On bloque alors l'évolution des salaires des travailleurs, ou on cherche des travailleurs moins couteux,  afin de faire remonter les bénéfices. 
      - Il fallait s'y attendre :Le pouvoir d'achat des travailleurs-acheteurs diminue et les volumes de ventes diminuent. Pour compenser les diminutions de volumes, on augmente les prix de vente.
      - Il fallait s'y attendre :  Ceci aggrave la diminution du pouvoir d'achat de ceux qui achètent de moins en moins. 
        En fait, Ils ne s'y attendaient pas car la communication ne franchissait pas le bureau du Chef d'entreprise pour arriver jusqu'au cerveau des Spéculi, vu que ceux-ci avaient eu la bonne idée de rémunérer lesdits chefs en fonction des profits qui leur étaient rapportés, quelles que soient les méthodes employées.

Après avoir épuisé tous les artifices, force est de constater que les bénéfices, dans les meilleurs des cas, stagnent et que, de ce fait, les placements en capital d'entreprise ne peuvent atteindre la rentabilité convenue.
       Alors le prix de revente des actions prend une trajectoire descendante.

       Phénomène aggravant, puisque le travail ne pouvait plus assumer le train de vie des actifs et de leurs enfants, les futurs ex-travailleurs ont estimé que leur retraite devrait être financée par des gains financiers et ont créé une nouvelle catégorie de Spéculiàlagom qui ont délégué à des spécialistes le choix de leurs acquisition de titres.
       Les spécialistes ont souvent choisi ceux qui leur rapportaient le plus à eux-même, c'est à dire les plus risqués qui ne pouvaient être acquis que par des tiers qui n'achetaient pas pour leur propre compte (à tous les sens du terme). - actualité témoigne : voir commentaire -

      Si vous me suivez toujours, nous arrivons à la Crise. Enfin!  Cartes sur table !

     Comme la valeur des actions diminue, le rapport "Bénéfice distribué/valeur marchande du titre", lié à la rentabilité Entreprise augmente : 
     On peut commencer à reconstituer les réserves en ne distribuant pas l'intégralité des résultats.
      Et, en conséquence, rembourser les emprunts ce qui diminue les frais financiers et permet de rétablir la rémunération des salariés sans diminuer la rentabilité globale de l'entreprise.
     Le pouvoir d'achat des "travailleurs" augmentant, le volume des ventes se rétablit et les prix peuvent être révisés pour s'adapter aux ressources des acheteurs.
    Les futurs ex-travailleurs, confiants en la capacité des populations actives à financer leur retraite, préfèrent leur confier la gestion du devenir de leur ressources, ce qui augmente le potentiel développement de l'outil de travail.
    Et même les Spéculi sont contents car, après la déroute de leurs stratégies de paris qui s'étaient emballées, ils goûtent à la sérénité de placements équitables.

    Pour une version plus résumée, et surtout plus imagée, je vous invite à cliquer sur :
    
http://authenticienne.over-blog.com/ 
    
    La seule réserve pour que cette démonstration soit réalisable : Garder en mémoire, humaine tout autant que machine,  le processus qui a généré la crise afin de l'enrayer dès la moindre vélléité de retour.

   Nb:  Les dettes des banques diminueront puisque celles liées aux portefeuilles-titres de leurs clients vont, en grande partie, fondre.
            Les remboursements d'emprunt par les entreprises leur permettront de disposer de capitaux disponibles ce qui fera baisser le taux d'intérêt des emprunts accordés aux particuliers devenus capables d'acquérir leur logement
           L'activité bâtiment sera réactivée et comme "lorsque le bâtiment va tout va" nous saurons transmettre à nos enfants un équilibre économique et leur souhaiter une sagesse que nous n'avions pas eue.

Aurevoir,  je crois que Nicolas me demande un entretien.

A bientôt.

                                                    Françoise-L  A-M
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 08:35
        Afin que son raisonnement accède à l'automatisme de l'intuition, le contrôleur de gestion doit avoir soigneusement classé dans ses tiroirs "mémoire" les connaissances indispensables à sa mission.
       Avant d'en établir le listing, qui me paraît incontournable, je voudrais fournir, en exemples, les effets attendus de cette préparation :
   - Si je demande ORALEMENT d'écrire le nombre "32 528", le questionné n'aura pas à se rappeler les chiffres 1 à 9 avant de l'inscrire.
  - Et si je demande ORALEMENT d'écrire le mot "relativement" et même, le plus souvent, le mot "relation", non seulement le questionné n'aura pas à se remémorer la liste des 26 lettres de l'alphabet mais encore il fera, sans réflexion apparente préalable, la transformation du son des lettres lui permettant d'adopter l'orthographe exacte.

    Suivant le même principe, le médecin formulera son diagnostic, ou du moins les analyses permettant les explorations appropriées dont il saura interpréter les résultats, sans devoir consulter ses supports de connaissance, sauf cas exceptionnels (soumis à la vision et à l'exploration d'un collège de spécialistes).

    De manière équivalente le contrôleur de gestion, à l'écoute du "questionnement Entreprise" (ce qui justifie le nom d'audit de plus en plus souvent donné à sa mission), ou simplement à l'observation de la façon de respirer et de se mouvoir qu'elle pratique, saura déterminer les maux qu'il convient de soigner et les mots pour établir l'ordonnance.   
   S'il intervient  en son début de vie, les vaccinations opportunes suivant le principe de prudence et les comportements favorables à sa croissance harmonieuse.

    Si ces préliminaires savent vous convaincre, vous trouverez dans les prochains articles, le "cahier des charges" des acquis nécessaires à une mission de contrôleur de gestion, la face cachée de l'iceberg dont le profane n'observerait le plus souvent, que la froide expression, si j'oubliais les outils de communication nécessaires afin que l'équipe "Entreprise" adopte avec enthousiasme le traitement proposé malgré les effets secondaires inévitables qui pourront être minimisés en attendant d'être optimisés dans une optique de moyen terme.

  A bientôt
  F-L  A-M
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans La boite à outils du C. de Gestion
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 12:13
Le contrôleur de gestion ne doit donc plus limiter ses fonctions à contrôler à postériori.

                 Evolution de l’Entreprise 

                                                            

     Système de management classique : A base de planifications et de procédures détaillées. 

Les agents ont des objectifs précis et des moyens d’action limités aux exigences de leur fonction. En cas d’imprévus,  système « D », peu de maitrise sur le court terme et aucune des effets à moyen terme.
On peut alors à assister à des réactions en chaine des systèmes D de chacun où D, initiale de « Débrouille-toi », devient plus en plus employée pour  « Défends-toi »

             Système réactif : pratique une décentralisation des initiatives aux acteurs du terrain ce qui augmente la responsabilité de ceux qui les ont sélectionnés (AUSSI) et de ceux qui ont formé les équipes. En fait le cadre procédural est moins strict mais la délégation d’initiatives suppose une augmentation de la confiance réciproque.

            L’augmentation de la rapidité de l’évolution de la conjoncture impose de passer d’un système à l’autre.

            Les freins : Ceux qui ont besoin d’affirmer leur pouvoir, qu’ils assimilent à leur valeur identitaire,  se sentent frustrés et ont du mal à partager l’information support de leur positionnement hiérarchique. Ceux pour qui les responsabilités représentent un potentiel de culpabilité et, à ce titre, de réprimandes, ne sont pas à l’aise dans un contexte ouvert où ils manquent de repères.

           Il n’est donc pas plus possible, ou souhaitable, de passer de l’un à l’autre sans transition, que de sauter de l’étage pour s’éviter le temps de descendre par les escaliers.

           Le contrôleur de gestion a en charge d’assurer la transition mais d’abord de convaincre qu’il y a des temps d’adaptation inévitables aux différentes étapes de la croissance.

 

Modalités de passage :

Les centres de décisions, initialement loin du terrain, s’en rapprochent en spécialisant (paradoxe) les niveaux hiérarchiques intermédiaires afin de pouvoir les décentraliser et les intégrer aux groupes opérationnels.

Sur place, ils assurent non seulement la diffusion des objectifs mais encore la cohésion des équipes, les médiations et vulgarisent les techniques d’auto- contrôle. 

 

Peu à peu le cloisonnement initial perd de son étanchéité pour gagner en efficacité.

La communication commence à la base et seuls les problèmes non réglés remontent jusqu’au niveau  compétent pour évoquer des solutions qui sont proposées aux exécutants avant d’être adoptées et FINANCEES. Ceux qui ont besoin d’affirmer leur autorité font partie de ceux qui proposent des choix. Ceux qui craignent des représailles seront couverts, même s’ils suggèrent des initiatives que leur position sur le terrain leur permet d’apprécier, par le fait qu’ils ne se trouvent pas à la source des stratégies décidées.

 

Le contrôle de performance initial, par référence à des standards, se personnalise ce qui amènera à  une personnalisation des standards.

Quand la vision subjective donne « une image plus fidèle » que la vision objective, elle devient privilégiée. L’écoute des clients, de leurs attentes et de leurs moyens, ainsi que de leur degré de satisfaction devient un critère de créativité. Le produit est révisé pour s’adapter à la demande potentielle, qu’elle concerne la nature ou les tarifs (coûts cible).

Les contrôles de performances ne sont plus fondés exclusivement sur des critères quantitatifs mais encore qualitatifs. Les facteurs « temps », « espace », « écologie » sont pris en compte. 

             Peu à peu nous devenons conscients que nous ne sommes que les emprunteurs du monde des générations à venir, et que nous devons AUSSI prévoir leurs intérêts.

                                                                                                                         Françoise-L. A-M

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 15:56

Ce test, initialement diffusé sur le blog en lien "psychologie positive" a été adapté au sujet.
Il permettra aux étudiants, et aux entrepreneurs, qui se reconnaîtront au niveau des conclusions, d'adopter le comportement le plus favorable aux résultats qu'ils souhaitent.

L'intérêt de ce test est aussi de concevoir que ce qui convient à l'un ou l'une n'est pas l'optimum pour l'autre. En connaissance des besoins de chacun, trouvez vos complémentarités et optimisez ainsi le partenariat.  
L'harmonisation des contraires est difficile mais sa réussite est superbe et mérite les efforts.
Le monde doit prendre en compte le mode d'épanouissement des personnes qui le composent car l'accélération des progrès et des innovations réduit les temps d'adaptation. Les générations montantes sont de moins en moins patientes.  

Cette évolution implique que celui qui n'avance pas à la place qui convient à son pas, peut entrainer dans sa chute toute l'équipe... Que cette équipe soit Famille, Entreprise ou Groupe Relationnel.

Te  Test de Personnalité - Vivre au meilleur de Soi

Méthode ACC : Test : Identifier notre mode  d’accomplissement personnel

Ce test comporte 9 questions avec, pour chacune, 4 réponses proposées.

Il est possible de cocher plusieurs réponses pour la même proposition.

 

1)      Enfant j’ai le souvenir d’avoir :

- Cru que les adultes avaient le savoir.                              X

- Voulu vérifier les enseignements reçus.                           Y

- Choisi  d’obéir pour plaire.                                             Z

- Inventé des occasions contestables pour ne pas obéir       V

2)      Mes préférences à l’école

- Récitation                                                                 V et Y

- Rédaction                                                                 X et  Z

- Calcul ou mathématiques                                             V et  X

- Sciences de la nature (géographie, sc. naturelles…)          Y et  Z

3)      Mes colères ont souvent été (sont) ma façon :

- D’exprimer mon désaccord                                            X

- De provoquer mon entourage que je trouvais passif           V

- De partager mes souffrances                                        Z

- D’affirmer ma volonté                                                  Y

4)      Mes joies ont souvent été (sont) de :

- Participer à des activités sportives                                 V

- Avoir suivi mon planning                                                X

- Etre invité(e) à une fête                                               Z

- Recevoir des amis à la maison                                        Y

5)      Les circonstances (ou hasards) m’ont souvent amené(e) à :

- Evoluer en milieu médical                                               Y

- Affirmer mes convictions (accords et refus)                      X

- Exercer des activités à risques                                       V

- Participer à des actions collectives                                 Z

6)      Vos expériences les plus fréquentes

- Positionnement(s) en tant que leader                              V

- Expression de ma position indépendante                          X

- Interventions en cas de dysfonctionnements                    Y

- Soutien de personnes en difficultés                                 Z

7)      Aujourd’hui je préfèrerais me charger de

                   -  Organiser une réception                                              Z

                    -  Participer à une mission de secouriste                           V

                    -  Participer à un débat                                                 X

                    -  Optimiser l’occupation d’un espace                               Y

8)      Un métier, ou une activité, que j’exerce ou qu’il me plairait d’exercer     

               - Médecin     Y     -     Avocat                           X 
          -  Artiste      Z     -      Pilote (Avion,  Rallyes)     V                  

9)      Un métier que je n’aurais pu exercer

- Ecrivain      Y     -                 Chirurgien           Z

- Ebéniste     X     -                 Comptable          V


Calculez le nombre de vos réponses V,X,Y, Z ou scores :

 

1)      Il y a  un score plus élevé que les autres (même à 1 point près)

  V : Votre épanouissement implique un comportement spécifique « URIEL »

  X : Votre épanouissement implique un comportement spécifique  « MICHAEL »,

              Y : Votre épanouissement implique un comportement spécifique  « RAPHAEL »,

              Z : Votre épanouissement implique un comportement spécifique  « GABRIEL »,

2)      Si les scores obtenus sont assez proches,  vous avez en charge la médiation entre acteurs avançant suivant les modalités de leur voie spécifique. Suivant vos centres d’intérêt, vos modalités d’intervention sont flexibles et votre chemin a l’allure d’une ellipse.  

 

3)      Conclusions : Comportements épanouissants suivant chaque typologie :

           URIEL : Vous aimez vous engager dans des actions qui demandent des initiatives à la tangente des dangers et vous traduisez le terme « risque» en « défi ». L’immobilisme et la passivité, autres que phases de récupération, vous étiolent.   De façon directe ou indirecte, vous êtes concerné par des événements  impliquant votre intervention en situation non sécurisée.

        Vos joies ressemblent à celles des sportifs sur un podium

          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Pour vous trouver en situation de danger, vous pourriez avoir tendance 

- soit à prendre du retard afin de devoir assumer l’apprentissage qui nécessite plusieurs heures en ne disposant que d’un temps limité

- soit à faire le pari « impasses »

Vos atouts : Le trac vous stimule et vous exercez votre créativité pour trouver des solutions, éventuellement originales.  

Conseils d’apprentissage : 

   Exercez votre endurance et utilisez votre audace au service de votre créativité.

   Votre communication devra être orientée pour convaincre vos partenaires de l’opportunité de vos solutions originales

 

           MICHAEL : Votre esprit critique vous permet de mettre en évidence systématiquement  les dysfonctionnements,  erreurs,  injustices, et d’ordonner des situations anarchiques jusqu’à obtention d’une organisation harmonieuse.

De façon directe ou indirecte, vous êtes concerné par des événements  impliquant votre intervention en situation à réguler.

   Vos joies ressemblent à celles des contestataires ayant obtenu leur reconnaissance

   La réussite de l’accomplissement des tâches qui vous sont confiées,   suppose la mise en œuvre de vos facultés d’analyse, de communication, de  démonstration, et de persévérance.

     .          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Par souci d’ordonnancement immédiat, vous pourriez avoir tendance 

- soit à analyser les détails avant de prendre connaissance de l’ensemble

- soit à passer trop de temps à redresser les insuffisances et pas assez à optimiser les qualités

Vos atouts : Votre organisation et votre esprit d’analyse, que vous utilisez tout autant pour situer les dysfonctionnements que pour optimiser ce qui fonctionne le mieux

Conseils d’apprentissage : 

   Notez les anomalies que vous constatez rapidement mais retenez-vous de conclure ou d’évoquer des actions correctrices avant d’avoir consulté l’intégralité de la problématique.

 Votre communication devra être orientée de façon à ce que vos observations soient retenues comme une manifestation de votre intérêt et non comme une formulation de critiques.

 

          RAPHAEL : Vous savez déterminer les réels besoins des personnes et des situations, au-delà des apparences. Vous doutez peu de vos conclusions et vous éprouvez l’assurance nécessaire pour être précis quand vous intervenez  
Vous aimez les challenges dont la réussite est un partage. 

Vos joies ressemblent à celles de ceux qui ont fait gagner leur équipe

.          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Par souci d’efficacité vous pourriez avoir tendance

- soit à déléguer difficilement, y compris votre apprentissage, et perdre du temps

- soit à optimiser le fonctionnement de certains postes au détriment de l’harmonie du tout. 

Vos atouts : Votre sens de l’initiative et votre capacité à définir et mettre en œuvre les comportements les plus performants pour chaque unité

Conseils d’apprentissage :

  Prenez connaissance de l’ensemble de la situation et des conséquences, sur les autres paramètres, de l’initiative que vous préconisez pour optimiser la productivité d’un poste.  

 Votre communication devra convaincre que c’est en connaissance des effets induits que vous avez maintenu votre décision de modifier certains éléments de l’organisation en place.    

 

          GABRIEL : Votre vision est avant tout globale. Les éléments qui constituent l’ensemble peuvent être très différents, ce qui vous plait c’est de coordonner leur fonctionnement afin que l’optimum de chacun serve l’optimum du tout.

Vos joies ressemblent à celles d’amis qui se retrouvent.

                       .          En tant qu’étudiant :

 Vos faiblesses : Par souci d’harmonisation vous pourriez avoir tendance

- A uniformiser vos efforts sans privilégier les facteurs clés de succès (de vos enseignements)

- A choisir des organisations qui privilégient le maintien de chaque unité même si ce n’est pas la meilleure solution.

Vos atouts : Vous ne négligez aucun élément et vous identifiez facilement les liens opérationnels entre les différents partenaires.

Conseils d’apprentissage : 

 Efforcez-vous de définir, après avoir pris connaissance de la situation, les objectifs prioritaires, ceux fondamentaux et ceux qui sont de confort.

 Votre communication consistera à faire reconnaitre que la performance globale passe par le positionnement juste (opportun et équitable) de ceux qui y contribuent.

  

F.A-M 

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 18:52

Imaginons un groupe de randonneurs :
Le manager est le premier de cordée. Il choisit l'itinéraire.
Le contrôleur de gestion, ferme la marche et s'assure que toute l'équipe suit.

Imaginons la conception d'un véhicule:
Le manager choisit les performances du moteur
Le contrôleur de gestion adapte la carrosserie.

 Leurs rôles sont complémentaires     MAIS

- Vous comprenez que parfois le contrôleur de gestion énerve le manager quand il lui demande de ralentir en optant pour un chemin plus accessible à tous, s'il veut que l'ensemble arrive à bon port
- Vous comprenez que le contrôleur de gestion énerve le manager quand il décide de choisir une carrosserie plus lourde qui aura forcément un impact sur la vitesse du véhicule.
Car le but du manager est d'arriver le premier, celui du contrôleur est d'assurer qu'il arrive.
 
Vous me direz que le manager et le contrôleur de gestion étaient ensemble pour sélectionner les escaladeurs participant.
C'est cependant le contrôleur de gestion qui devra inviter les retardataires chroniques à réviser leur rythme, s'ils le peuvent, ou à changer de cordée s'ils ne peuvent soutenir l'allure générale car ils risquent d'être blessés pendant l'ascension.
Le contrôleur de gestion fera également remarquer qu'un moteur de grosse cylindrée sur une petite voiture ne permet pas d'avancer vite longtemps car la voiture ne roule plus, elle tourne.

Les discussions seront parfois "vives". 
Alors le manager définira sa liberté de manoeuvre en fonction des limites identifiées par le contrôleur de gestion qui de son côté suggèrera des stratégies pour repousser ces limites toujours plus loin et plus vite.

Ecoutez-les pendant les préparatifs :
Le manager : Ton tableau de bord est trop détaillé. Fais en sorte qu'une lumière rouge s'allume si une anomalie se produit .  
Le contrôleur : Et comment sauras-tu l'action correctrice à entreprendre?
Le manager : Si je vois la lumière rouge je te téléphone et comme toi tu auras tes tableaux sous les yeux tu verras ce qui ne va pas et me signalera la manoeuvre appropriée.

Vous avez compris. Le manager fait confiance au contrôleur.
Ils ont défini ensemble la stratégie et les moyens à mettre en oeuvre. Ensuite le manager pilote vers l'objectif défini et le contrôleur surveille en permanence que l'évolution est conforme aux prévisions grâce aux indicateurs qu'il a conçus -calculs plus ou moins complexes -.
S'il détecte une anomalie, il prévient le manager pour que celui-ci adapte sa conduite le temps nécessaire à la réparation ou modifie sa trajectoire, au moins temporairement. 
 
F.A-M

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 13:31
A ce titre il est responsable de l'harmonie de la mélodie "'Entreprise".

Une harmonie qui charmera tout autant ceux qui y participent que ceux qui la reçoivent, et sera le garant de la continuité de son maintien sur la scène de la vie.

Ceci implique que le contrôleur de gestion  veille à ce que les musiciens disposent de l'instrument , dont ils aiment jouer et dont ils ont la maitrise, ainsi que de leur partition spécifique.
Il les sélectionnera en fonction de leur talent dans leur domaine, et s'assurera du fait qu'ils connaissent de façon synthétique la symphonie choisie par l'entreprise. Il tiendra compte également de leur capacité à être attentifs au jeu des autres pour réussir leur entrée en scène au moment opportun.
Il doit encourager chacun à se comporter en partenaire et non en cabot  qui, pour monopoliser l'attention, interviendrait de façon anarchique et, faute d'être capable d'un comportement remarquable, chercherait des occasions d'être remarqué.

 Imagineriez-vous un pianiste au violon, un contrebassiste au piano, et un violoniste à la contrebasse?
C'est comme si au sein de l'entreprise on chargeait le comptable des négociations commerciales, le commercial de l'établissement des bilans...
Et que dans un cas, comme dans l'autre, pour raisons d'impératifs personnels d'ordre économique, ils acceptent !!

dans une petite formation musicale, ou dans une petite entreprise, les en "jeux" sont simplifiés et la polyvalence est souvent de mise,  mais dans une grande structure je ne vous raconte pas la cacophonie... 

Les musiciens pourront alors se reconvertir en maraichers ( vente de tomates) 
Les agents de la grande entreprise auront plus de difficultés car les tuiles cassées c'est difficilement négociable.

Certains médecins affirment qu'il vaut mieux prévenir que guérir.
En entreprise on devra extrapoler ainsi : il vaut mieux prévenir que mourrir.

Etre contrôleur de gestion n'est pas un poste reposant. 
Que ce soit une fonction passionnante.

F.A-M




 
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Françoise ANRIGO - MARTIN
  • : Vision du contrôleur de gestion des stratégies d'entreprises et des stratégies politiques et recherche du pilotage optimum en fonction de l'évolution sociétale
  • Contact

Profil

  • Françoise ANRIGO - MARTIN
  • Chef comptable puis Auditeur, puis Professeur et, désormais, également Maitre Praticien en PNL.

Texte Libre

Pour les Etudiants, Entrepreneurs de demain et pour les Chefs d'Entreprises d'aujourd'hui.

         Afin que chacun progresse sur son chemin professionnel qui est une des voies d'accession au plateau d'excellencelà où le raisonnement atteint la vitesse de l'intuition dont il ne se distingue que par le sentiment de certitude qui l'accompagne. L'action juste (forme, fonds et délai) en résulte.
      J'invite, ceux qui viendront jusqu'à ce blog, à proposer leurs avis en utilisant la rubrique "commentaires"

                      De Fonds Sérieux, de Forme Joyeuse :  ---------------------> 
En Alliance avec la Vie

                                F. A-M

  Nombre de Consultants de ce blog    créé le 23 -09-2008   : 60.122       au   10-10-2014

                               Il y a, actuellement,   personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte Libre

Pages