Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 09:40

Et comme il ne s'agit pas d'un monologue, cela implique que les 2 personnages soient différents et complémentaires.
L'Auditeur est un intervenant ponctuel, éventuellement sollicité sur la demande du contrôleur de gestion, ce n'est pas le cas le plus fréquent.
Il a accès à des documents ciblés, présentés (par écrits et oralement) par des agents de l'entreprise, afin de formuler sa vision d'une situation qui lui est exposée.
Il n'a pas un rôle curatif mais il émet un diagnostic, avec les réserves qu'impliquent l'étendue de sa mission, et, si on le lui demande, il peut exprimer des recommandations qui, quand elles résultent de sa propre initiative, n'ont pas un caractère obligatoire.

Le Contrôleur de gestion, est un agent de l'entreprise.
Il n'est pas le pilote mais il construit la carte qui permettra au pilote, le manager, de se rendre du point de départ (situation actuelle) à l'étape qui correspond à l'état de l'entreprise une fois l'objectif fixé, atteint.
Il vérifie également que l'état du véhicule (ensemble entreprise) est compatible avec le chemin à parcourir et éventuellement propose les réparations et les révisions nécessaires, en fonction du temps et des moyens disponibles, avant le démarrage.
Au moyen de techniques appropriées (PERT, MPM) il prévoit le déroulement des procédures dans les conditions normales et permet d'obtenir une estimation  
- de la durée moyenne d'une opération déterminée
- (ainsi que) de ses effets induits sur les autres pôles d'activité de l'entreprise, aux différentes étapes. 
Il évoque aussi les adaptations éventuelles liées à l'évolution de la conjoncture (obstacles ou opportunités)
Il reste en contact permanent entre Le pilote, les co-pilotes, et les pilotés.

Le contrôleur de gestion, à ce titre, a des responsabilités sur la cohérence des actions des différents intervenants, et, si tel est le cas, sur la cohésion des unités qui constituent le réseau "Entreprise".

Il n'est pas censeur mais médiateur. Il entend et présente les attentes de chacun, dont la réalisation est dépendante de la performance entreprise qui devient ainsi l'interêt commun au service des intérêts individuels.
Il propose, sous forme de conclusions personnalisées, des comportements qu'il estime adéquats et les soumets à l'approbation, avec mise au point et adaptation, de
ceux qui s'engageront à les tenir.
Il ne peut exister de partenariat solide et efficace sans engagements des partenaires, sous réserve des incertitudes inhérentes au phénomène "Vie" lui-même.

L'Entreprise, Etat dans l'état, Entité nourricière des Etres vivants, a le devoir de veiller à sa pérénité, et même, à son Eternité.  Il est évident que cela ne peut être conçu dans l'immobilisme mais dans une attitude évolutive.
L'Entreprise est donc le modèle d'un Corps éternel hébergeant une Ame éternelle.

Les contrôleurs de gestion doivent veiller à la bonne santé du tout et aucune cellule ne peut être négligée car elle pourrait être le nid du développement d'une "mal à dit" qui risquerait de se propager ou de générer des solutions chirurgicales forcément mutilantes, donc affaiblissantes, et une période critique.

Le capitalisme semble avoir atteint son seuil d'incompétence.
Le solidarisme en est à ses premiers pas.

Le contrôleur de gestion contemporain aura,
à mon avis ( ce qui justifie la couleur "orange"), pour fonction fondamentale de conduire le premier vers une retraite paisible et de permettre au deuxième de croitre et de se développer afin d'accomplir sa mission au service des vies, de la Vie.

Françoise -L. A-M

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Le contrôleur de gestion
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 10:58
Bonjour

S'il est un sujet qui concerne tous les acteurs de l'entreprise, aussi bien dans leur avancée solidaire (l'union faisant la force) que dans leurs partenariats avec ceux qu'ils connaissent déjà et ceux qu'ils ont besoin de connaitre, c'est bien la communication.
Qui n'a pas entendu que celle-ci ne passe par le verbe qu'à hauteur de 20% maximum, le reste étant du "non dit".
Qu'à cela ne tienne, même sans se référer à l'observation récurrente à l'origine de nombreuses stratégies, la règle des 20/80 qui stipule que 20% des causes sont responsables de 80% des effets et en appliquant à cette affirmation la distorsion de sens qui m'arrange, le pouvoir des mots que l'on choisit pour communiquer, dépasse l'objet qu'il concerne.

Evidemment, la communication ne s'exprime pas de manière exclusivement orale. Elle est, aussi, souvent écrite.
Je ne saurais d'ailleurs trop vous conseiller de fixer la première par la seconde (vous reporter à l' article précédent sur les paroles qui s'envolent), une agraphe (mémo) pouvant parfois suffire.

La semaine écoulée, en révision des techniques de la Programmation Neuro-Linguistique, (P.N.L.), m'a fait penser à l'opportunité de rédiger ces quelques rappels qui, pour certains, seront peut-être une découverte qui donnera un nom à la stratégie de communication qu'ils ont employée et qui a marché, alors que le même objet avait déjà été présenté sans succès auparavant.  Stratégie ? Mais je n'ai pas employé de stratégie !
                  Un enfant (nous sommes en 2009, "un bourgeois" serait anachronique) dirait  :
                     Je parle en prose ?  Ce n'est pas possible, je ne connais pas le prose

Eh bien, de la même manière ceux, qui ont le sens (sans doute le 6ème ou le 7ème...)  de la communication,  utilisent les techniques de la PNL, sans le savoir, et pour causes :
Des petits malins ont observé les techniques de communication qui réussissent et les ont regroupées pour en déduire une "discipline" qu'ils ont appelée PNL... Alors quel état a existé en premier l'adulte ou l'enfant ?

Ne nous dispersons pas

 Pour en revenir au sujet, auquel le titre de cet article vous invite, je vous propose un petit voyage en cliquant sur le lien, identifié ci-dessous.
 En effet,  J'ai développé ce thème sur cet autre blog que j'anime, en tant que Présidente chronique d'une association dont les électeurs sont essentiellement préoccupés par les fleurs des chants et par les champs de fleurs. Par contre,  le son "élire" se transforme systématiquement en "lire" ou "Lyre". Alors de ceci résulte cela.  
 
Mais puisque l'auteur, qui se ballade ici, se balade aussi là-bas, "vous qui passez par ici, vous repasserez par là "

Les enfants disent souvent la Vérité, même dans leurs contines, la preuve :

A tout de suite : prenez vos Clics ( pour éviter des claques même si ce n'est que celles de la porte de votre bureau ) 
 
 
http://lesamisdespoetes.over-blog.com/article-26891438.html

Amicales pensées

Françoise  A-M
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Savoir faire et Faire savoir du C.G
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 09:21
Revenons en à l'utilisation de cette méthode, et en particulier de la gestion de la catégorie C dont la demande est, par excellence, aussi rare par sa nature que par son positionnement sur l'axe du  temps. En résumé, incertitude absolue.
Nous nous retrouvons donc dans la problématique du management en avenir incertain. Mais peut-on évoquer l'existence d'un avenir certain ?
Le Manager a donc l'obligation de piloter la certitude du moment présent et l'incertitude des heures, mois et années à venir... puisque "gouverner c'est prévoir" et j'ajouterai (je n'ai pas l'excluisivité de cette idée)
créer.
   Conséquence :  le travail des facultés d'imagination doit faire partie des programmes de formation au Management, au même titre que la gymnastique d'assouplissement, en salle ou en espace vert,  est comprise dans les programmes d'entrainement des skieurs (remarque de saison)

Comment évoquer le traitement des produits ou situations de la catégorie "C".

1ère phase : Observation :
        En pratiquant, suivant la méthode de l'analyse de la Valeur, on peut adapter ainsi le questionnement :
        Le produit ou la situation évoquée peut-elle avoir des implications de l'ordre :
            -   Question de vie ou de mort ?    
            -   Peut-elle porter atteinte à l' intégrité physique de personnes ou d'un groupe de personnes ?
        Si le manque ne semble avoir de conséquences qu'au niveau matériel ?
            -   Les conséquences matérielles auront-elles un impact grave irréversible
            -   Les conséquences matérielles seront-elles limitées à un dérangement ponctuel
            -   Les conséquences matérielles seront-elles facilement paliées par un produit ou une activité de substitution existante ? ...

2ème phase : Classement des contraintes et mise en place des programmes :
     La stratégie choisie doit permettre les programmations qui auront pour finalité de :
           -   Assurer  tout ce qui se rapporte à la sécurité des personnes 
        ( l'enneigement, aussi ponctuel soit-il, ne doit pas diminuer la capacité des secours apportés aux personnes)
           -  Parer aux désagréments matériels ou mettre en place des mesures de substitution, quand cela est possible.
           -  Etudier les impacts budgétaires de l'organisation préventive de façon à :
     * Définir tout ce qui peut être résolu par la mise en place d'interventions solidaires peu couteuses et auxquelles on aura pensé en dehors de l'urgence 
     * Détenir en stock de matières dites consommables et non périssables, tout ce qui peut s'avérer opérationnel sur commande ( chaines pour les véhicules pouvant être mobilisés en la circonstances, quels qu'en soient les propriétaires et les opérateurs habituels) et entrainement des utilisateurs à effectuer les mise en place rapidement
     * Minimiser, ce qui n'est pas éviter,  les dépenses d'investissements en prenant en compte les partenariats qui seront déclenchés car programmés.
    *  Etc. suivant les observations d'un groupe de travail de professionnels des opérations de secours.

   
Néanmoins, je pense que le dédommagement des salariés en chomage pour intempéries, pris en charge par la collectivité, peut s'avérer infiniment moins couteux que les conséquences inhérentes à des déplacements téméraires pour des impératifs de finances familiales... 

 
  La méthode ABC est en fait un excellent outil, adaptable à de nombreux contextes. 
  Elle permet, non seulement, d'intervenir en fonction de l'importance relative de tel ou tel élément ou individu au sein de l'entreprise, mais encore
de parer aux situations exceptionnelles dont les effets pourraient se révéler , aussi , exceptionnellement assez graves pour devenir urgents, et même prioritaires .

  Françoise-L. A-M
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Savoir faire et Faire savoir du C.G
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 08:16
Tout d'abord il convient de préciser les modalités de cette procédure qui, comme son nom ne le suggère pas, est tout aussi simple, en théorie, que complexe, au niveau de l'application.

Initialement, comme ses "copines" elle était essentiellement utilisée dans l'industrie et le commerce :
Il convenait, pour minimiser les coûts de stockage et ceux de rupture de stock, de classer les produits en 3 catégories :
A :  Concernait les produits les plus demandés, éventuellement aussi les produits "d'appel" dont les approvisionnements étaient réguliers et dont les excédents étaient rapidement écoulés.
       Leur vente était à l'origine de la majorité du Chiffre d'affaires de l'entreprise: environ 70% à 75%
B : Concernaient ceux dont les ventes étaient moins régulières et sur lesquels la gestion des renouvellements devait être plus rigoureuse. Leur vente était à l'origine d'environ 20 à 25 % du chiffre d'affaires de l'entreprise
C : Ceux que l'on ne détenait que pour répondre à des demandes très occasionnelles et dans le seul but de maintenir le client satisfait. 
de l'ordre de 5 à 2% des demandes annuelles.

Etant donné l'évolution de la vie sociale, (voir article précédent), cette méthode peut désormais être appliquée opportunément dans d'autres domaines .
Et dans ce cas, c'est la gestion de la catégorie "C" qui demande le plus d'effort en matière de créativité.

Application locale : Gestion de la conjoncture climatique dans le midi, et tant pis pour le chauvinisme de l'exemple, je prendrai comme référence "les Bouches du Rhone"
 Catégorie A : Les risques de feu liés à la sècheresse et au tourisme 
                 Equipements, formation des agents d'intervention, ... Nous sommes les "meilleurs" ( ou presque)
Catégorie B : Orages, inondations, et effets induits : Organisation programmée et partenariats mis en place pour répondre aux besoins s'ils se manifestent.
Catégorie C : Neige, glace ... dont la fréquence constatée jusqu'à ce jour est de l'ordre de 2 jours environ tous les 10 ans.
                      - Tout d'abord, les statistiques établies d'après les observations du passé ne peuvent garantir ce qui se passera dans l'avenir.
                      - Ensuite, l'ampleur de dégâts possibles n'est pas forcément liée à la durée du phénomène.

       Quelle stratégie mettre en place pour ces épisodes qui étaient marginaux et qui le resteront peut-être ?

   
    Les devoirs ( catégorie A et B, m'appelant, cet article , de nature C, sera finalisé ultérieurement mais que cela vous permette, si vous le souhaitez, de formuler des commentaires auxquels la suite répondra aussi.
       A bientôt

       Françoise-L.
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Savoir faire et Faire savoir du C.G
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 06:47
Et ses conséquences en matière de pilotage...
Concerne tous ceux qui se préparent à entrer dans la vie active ainsi que tous ceux qui les préparent ...
http://jbonnel.over-blog.com/article-26245507.html

Les observations rapportées par cet article m'ont paru tellement intéressantes que j'aurais trouvé insupportable que ceux qui  passent par mon blog, sans connaitre encore le blog de Julien ( super-tuyeaux... en lien), n'aient pas eu la possibilité de les consulter.
Surtout que la plupart d'entre-vous sont directement concernés.

Merci Julien
Super-veilleur, et même éclaireur, de la voie "seule issue" de notre évolution socio-économique contemporaine.

Françoise -L.  A-M.
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 10:44

L'Analyse de la valeur est une procédure dont l'objectif est de définir les modalités de production, les meilleures,  d'un bien ou d'un service estimé indispensable.

  Comme la plupart des techniques analytiques, elle a été initialement conçue pour des fabrications de produits.
  Comme la plupart des techniques analytiques, le développement de l'univers virtuel et des exigences de communication, a permis d'en extrapoler l'utilisation à tous les domaines de l'économie appliquée et même des stratégies politiques si on les considère à part.

  Nous évoquerons donc cette démarche sous son aspect global :

 Objectif : Analyse, d'un produit, ou d'un service, ou d'une situation particulière afin de déterminer toutes les attentes auxquelles ils (ou elle) doivent répondre, et ce, à moindre coût ou à moindre efforts (dont moindre délais).

Procédure : :
    1)  Constituer un groupe de travail comprenant les personnes représentatives concernées par 
          - les impératifs liés à la production attendue
          - ceux qui ont en charge sa présentation et sa diffusion
          - ceux pouvant exprimer les exigences des utilisateurs
          - ceux qui gèrent les ressources disponibles
          - le contrôleur de gestion qui interviendra en tant que médiateur et rédacteur des conclusions sous forme de  cahier des charges

   2) 
Phase observation :  Etat initial
         - Ses fonctions (objectifs servis)
         - Descriptif détaillé des éléments qui le composent ( ou le constitue)
         - Coût détaillé ( ou les ressources qu'il mobilise et même immobilise)

  3)
Analyse critique de l'existant
        -  Certains éléments pourraient-ils être remplacés par d'autres, sans modifier les résultats attendus mais en diminuant les contraintes ou certains inconvénients ou en permettant des économies de ressources
        -  Le produit ou le service (ou la situation présente) assure-t-il des fonctions qu'il serait possible de supprimer car elles ne sont pas (ou plus) attendues des utilisateurs (qui disposent d'autres moyens plus opérationnels)
       -   Quelles sont les caractéristiques incontournables qui doivent être maintenues :
              
Chaque interlocuteur du groupe de travail évoquant ses exigences, le contrôleur de gestion intervenant, en tant que participant neutre, pour les intégrer au sein de l'intérêt prioritaire de la réussite de l'objectif global.

 4) Simulation des remaniements : 
       -  Les solutions préconisées sont-elles techniquement (ou pratiquement) réalisables

       -  Les objectifs initiaux sont-ils respectés

       -  Les ressources allouées sont-elles suffisantes et, si tel n'est pas le cas, est-il possible et opportun de réviser leur volume ?
       -  Le produit (ou projet) élaboré répondra-t-il aux attentes sur sa durée de vie programmée 
       -  A partir de quel moment, sa nouvelle adaptation ou son remplacement devra-t-il être envisagé?

       La décision et la mise en place des stratégies résultant de cette analyse ne font pas partie de cette procédure dont elles ne sont que le prolongement ou la conséquence. 

      Après la lecture de cet article, je vous suggère de relire l'article précédent et sans doute concevrez-vous alors qu'il a tout à fait sa place sur ce blog appelé "controledegestion"

      A bientôt

      Françoise-L. A-M.

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans La boite à outils du C. de Gestion
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 12:34
      Imaginez un proche voisin qui ne rate jamais une occasion de vous déranger, même quand son intention n'est que de poser des étagères vers 5 heures du matin... de préférence le Dimanche.
Croyez -vous que vous seriez en mesure de discuter calmement avec lui pour trouver une solution à votre mésentente ?
Trop de colère est incompatible avec une réconciliation.
Cela ne signifie pas qu'il faut renoncer à cette espérance mais qu'elle ne peut pas être envisageable sans :

En schématisant :

1ère condition : La médiation de personnes totalement neutres vis à vis de chacun.
Apparentées ni à l'un ni à l'autre, n'ayant des intérêts affectifs ou économiques ni avec l'un ni avec l'autre (impossible) ou alors
AVEC LES DEUX TOUT AUTANT (Déjà plus réaliste).

2ème condition :  Le(s) médiateur(s) n'ont pas pour fonction de porter de jugement ni sur l'opportunité des interventions de l'un et de l'autre, ni sur les moyens à employer. 
                                 Ils doivent présenter un effet miroir du drame, pour tous, que constitue la situation présente et aider les protagonistes à faire émerger des solutions à court terme et à moyen terme,
en se faisant l'avocat de celui qui propose, puis de celui qui conteste jusqu'à l'accession à l'accord.

3ème condition : Il organise les modalités de la négociation :
             - Le lieu ( neutre et calme - ou à calmer le temps des débats -)
             - La représentation de chaque partie : personnes impliquées représentatives et sympathisants
             - Les limites des solutions acceptables
en créant, en concertation avec les parties, un listing de solutions inacceptables - phase très importante -

4ème condition : Il comprend l'état émotionnel des protagonistes qu'il ne tente pas d'effacer mais de mettre provisoirement en réserve afin de ne pas interférer sur la réflexion indispensable à l'établissement d'un compromis évolutif.
                               Pour cela il peut inviter les participants à rédiger sur une feuille tous leurs cris de colère et de tristesse et de désir de vengeance pour les souffrances subies. Il ramassera les feuilles avant la négociation et proposera d'organiser une réunion future, quand le conflit en cours sera désamorçé,
pour travailler ensemble à partir de ces documents, témoins de leurs épreuves.

5ème condition : Il exprime sa confiance en chaque participant, en l'existence d'une solution évolutive qui sera acceptable et qu'ils sauront trouver, et il fera apparaitre, quelles que soient les modalités adoptées, les aides accessibles à tous qui seront apportées une fois le calme revenu.
                               
Il disposera donc d'engagements précis, d'ordre social et économique, émanant de nations solidaires des citoyens blessés des deux camps.

            Ensuite, que les pratiquants de toutes religions prient, que les non pratiquants s'expriment les uns aux autres des voeux d'amour de santé et de sérénité, en toutes occasions, que chacun, le soir, ait une pensée de compassion pour ceux qui souffrent et d'encouragement pour ceux qui aident ... Car l'ambiance ainsi créée ne pourra qu'être ressentie avec ses effets bénéfiques.

            N'avez-vous pas le souvenir d'avoir ressenti les effets bénéfiques d'un groupe affectueux ou amical dans lequel vous vous sentiez reconnu ?
            
            Qu'en cette période de souhaits celui-ci dépasse cette page et parvienne à sa destination.

            Françoise-L. A-M

     

 
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 11:49
... dans l'océan. Ce qui, vous en conviendrez, ne devrait pas changer radicalement la qualité de l'eau et le pilotage des navires.
Mais c'est comme ça. J'ai besoin de comprendre et j'ai l'optimisme d'espérer que certains d'entre vous,  lecteurs et lectrices, sauront me proposer une explication.

Niveau Politique Internationale, j'ai l'impression (mais pas de certitude) que nos stratégies sont, au moins, opportunes : du moins celles qui nous sont rapportées, et qui semblent correspondre aux attentes, éventuellement paradoxales, des intervenants engagés.

Niveau Politique Nationale, c'est A MON AVIS, l'inverse...et même pire.

    - Les heures supplémentaires défiscalisées ont eu pour effet PREVISIBLE la chûte vertigineuse des emplois au sein des sociétés d'interim.
   - les sociétés d'interim étant des tremplins d'embauche, en CDI, pour les salariés en mission (par leurs entreprises clientes), la diminution conséquente de la conclusion de CDI en a résulté, AUSSI.
   - Deplus, tout le monde sait bien que pendant que l'on est au travail on ne court pas les boutiques : Donc coup de frein de la consommation des classes moyennes - celles qui font des heures supplémentaires rémunérées -
     A ce niveau, j'ai beau chercher l'effet positif ... Je ne vois pas.   Frein aux délocalisations ? C'est une plaisanterie... Il eut fallu supprimer toutes les protections salariales pour atteindre cet objectif.
C'est pas avec quelques heures qui se battent en duel !!!!

    - La suppression des Publicités sur les chaines publiques !!!
       En préambule,  je vous raconte une histoire - devinette  : un client entre dans un magasin et demande au vendeur un objet qu'il a l'intention d'acheter. Le vendeur lui précise le tarif, le client est d'accord.
     Alors le vendeur lui dit : Parfait. je vous le vends et je vous abaisse le prix de 20%.
     Le client achète l'objet au tarif bradé et s'en va.
     Intervient alors le patron du magasin qui a tout vu, tout entendu et il questionne le vendeur :
     - Pourquoi avez-vous consenti une telle remise à ce client qui était acheteur au tarif initial et qui ne vous avait rien demandé ?
    
Réponse du vendeur : - J'ai pensé que ça lui ferait plaisir.
     - Et vous auriez agi ainsi avec n'importe quel autre client ?
     -
Oui. Evidemment. C'est d'ailleurs ce que je ferai encore avec les prochains acheteurs.
     - Et avez-vous pensé que nous pourrions être en difficultés financières?
     -
Quand ce sera le cas, je majorerai les prix.
     - Si vous n'êtes pas viré d'ici là soit pour faute professionnelle soit pour motif de licenciement économique      
     Question: Le vendeur ayant  été viré.  A votre avis lequel des 2 motifs, évoqués ci-dessus, a été retenu ?  
      Réponse : Tout dépend de la rapidité de réaction du patron.

     Comme ce client, nous n'avions rien demandé, ni en Assemblées, ni dans la rue. 
     En fait on avait d'autres préoccupations nettement prioritaires - et qui le demeurent.

    
Suppression des pubs sur les chaines de télévision publique ! Conséquences prévisibles :
           -  En vertu de la loi des séries : Les pubs sur les chaines privées, non seulement ne seront pas augmentées, mais encore diminuées ....
          -   Circonstances aggravantes des effets de la loi des séries : S'il est vrai que le téléspectateur préfère (ce que je conçois) une émission non interrompue, l'audience sur les chaines privées va diminuer puisque celle des chaines publiques va augmenter. Les publicistes devront donc trouver d'autres supports et les chaines publiques financer des surtaxes alors que leurs recettes globales diminuent...    
        On parie ?   RV avant fin Juin 2009.

       J'ai bien une petite idée qui expliquerait ce nouveau délire :
       Il parait que nous sommes , en EUROPE, le pays qui paye la redevance télé la moins chère.
       Opération "élastique" : On utilise cette stratégie pour justifier l'augmentation de la taxe - jusqu'à ce qu'elle soit alignée sur la valeur pratiquée par nos voisins- puis on reconnait que l'idée n'était pas judicieuse (bien entendu, avant la fin du mandat présidentiel et à l'occasion d'un remaniement ministériel, par exemple- ceci étant présenté comme la conséquence de cela-) et à ce moment là on re-autorise la pub en maintenant le niveau de la redevance et sa trajectoire d'augmentations.
      Opération "élastique ... oui, mais élastique de fronde : cherchez la cible."

      Si vous avez une  explication différente de celle-ci, autre qu'une atteinte du Cerveau collectif qui nous gouverne, qui que vous soyez, votre argûmentation est un commentaire attendu ... déjà par votre correspondante de ce jour.

     A très bientôt

     Françoise-L
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 09:15
Celui qui les a dîtes et celui qui les a entendues s'en souviendront plus ou moins longtemps, suivant l'image qu'ils auront mémorisée du court instant de leur présence virtuelle.
Les autres, informés par témoignage, ne pourront que les croire ou pas. Leur avis étant fonction, à la fois :
-  de la confiance qu'ils accordent à ceux qui s'en diront les interprètes
-  et de la façon dont elle servent, ou  nuisent, à ce qu'ils estiment leurs propres intérêts.

Evidemment rien n'est aussi incontestable que les effets de l'action qu'elles auront permis de réaliser...
Mais dans l'intervalle, dont la durée est inévitable, qui s'instaure entre la parole et l'action, il convient de fixer la première, de l'attacher à son auteur, jusqu'à ce que l'acte, dont elle constitue les prémices, soit réalisé.

L'occupation de cet intervalle est le rôle de l'écrit et du document qui en sera le support.
Il ne peut donc y avoir de contrôle de gestion efficace sans rédaction documentaire, au moins de la part du contrôleur.
On concevra toutefois que ce qu'écrit l'un n'engage que l'un sauf...
si l'écrit de l'un s'adresse à l'autre qui
- soit le confirme
- soit ne le conteste pas.

En effet, qui ne conteste pas, s'il ne consent pas ne pourra, ultérieurement, justifier sa désapprobation que de deux manières :
- Il n'a pas reçu l'information correspondante (l'écrivant a donc la responsabilité de se prouver lu)
- Il n'accorde aucune crédibilité aux propos de l'écrivant (mais ceci peut être considéré comme une preuve de son incompétence personnelle et aggraver sa position)

Vous êtes "Contrôleur de Gestion" : Prenez la saine habitude de rédiger (en résumé : c'est plus long et plus difficile mais plus probant car seul l'essentiel s'impose) les stratégies analysées, les suggestions ou conclusions opérationnelles décidées.
Vous êtes l'interlocuteur du Contrôleur de Gestion : Accusez réception, avec les réserves éventuelles qui vous paraissent indispensables.

Si, comme dans 95% des cas, ces documents ne sont pas utilisés en cas de conflit, ils serviront efficacement de "mémoire" en cours d'opération, car l'exécution de celle-ci impliquant le "zoom" sur les détails, il est souvent opportun de se replacer en position panoramique pour apprécier l'importance de la position du "détail" traité au sein de "l'ensemble Projet", surtout en cas d'incompatibilité partielle au niveau de la "perfection" attendue.  
   Par exemple : Contrainte de durée, contrainte de qualité et contrainte budgétaire qu'il conviendra de réajuster pour obtenir une harmonie suffisante opérationnelle. 
(sans oublier de rédiger les aménagements nécessités lors de ce passage difficile).

Le Contrôleur de Gestion, personnage de terrain, ne doit pas oublier que le document est à son domaine d'intervention, ce que la mer est  au monde terrestre :
       -  Inévitable mais seulement complémentaire.

Que l'année 2009 vous permette d'obtenir les résultats attendus (et écrits) de vos bonnes résolutions (écrites aussi)...  C'est ce que je vous souhaite très amicalement. 

    Françoise-L. A-M 
Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Savoir faire et Faire savoir du C.G
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 15:04

En consultant le blog, de mon jeune confrère,  auquel vous pourrez acceder en suivant le lien :
"Le contrôleur de gestion du XXIème siècle"

J'ai découvert un Jeu, qu'il nous recommande, gratuit ( donc sans contre-indication en cette période de l'année, même hors crise) et qui nous met en situation de Ministre des Finances, après nous avoir permis de retrouver ( ou découvrir) le sens de certains termes d'un vocabulaire spécifique minimum. Cette dernière opération est facultative et, d'après ce que j'ai compris, accessible à tout moment.

J'ai commencé à y jouer. Super !

Je me suis interrompue, en pensant à vous, afin de vous inviter à m'y rejoindre, donc j'ignore la surprise annoncée par David.

J'ai trouvé ce Cyber-Budget génial.

Pour y accéder, voici un chemin facile à suivre :
Vous passez donc par le lien identifié ci-dessus. Vous pouvez en profiter pour visiter ce blog, si vous ne le connaissez pas. Il mérite le déplacement.
Comme vous êtes pressé de jouer, vous vous rendez sur le dernier article (aujourd'hui) et vous cliquez sur le nom du  jeu écrit en vert.

Mesdames et Messieurs les Futurs Ministres, 
Ou, au moins, Directeurs Financiers

Ainsi que tous les autres qui, pour reprendre une expression, feront comme si...

Amusez-vous bien.
Et Joyeuses Fêtes.

Françoise-L.  A-MARTIN

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Françoise ANRIGO - MARTIN
  • : Vision du contrôleur de gestion des stratégies d'entreprises et des stratégies politiques et recherche du pilotage optimum en fonction de l'évolution sociétale
  • Contact

Profil

  • Françoise ANRIGO - MARTIN
  • Chef comptable puis Auditeur, puis Professeur et, désormais, également Maitre Praticien en PNL.

Texte Libre

Pour les Etudiants, Entrepreneurs de demain et pour les Chefs d'Entreprises d'aujourd'hui.

         Afin que chacun progresse sur son chemin professionnel qui est une des voies d'accession au plateau d'excellencelà où le raisonnement atteint la vitesse de l'intuition dont il ne se distingue que par le sentiment de certitude qui l'accompagne. L'action juste (forme, fonds et délai) en résulte.
      J'invite, ceux qui viendront jusqu'à ce blog, à proposer leurs avis en utilisant la rubrique "commentaires"

                      De Fonds Sérieux, de Forme Joyeuse :  ---------------------> 
En Alliance avec la Vie

                                F. A-M

  Nombre de Consultants de ce blog    créé le 23 -09-2008   : 60.122       au   10-10-2014

                               Il y a, actuellement,   personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte Libre

Pages