Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 07:58

Voici la problématique, telle que je l'ai entendue lors d'un débat télévisé :

 

    Les combattants de la Syrie libre, appelés résistants par les uns, rebelles par les autres, ont besoin de soutien pour affronter, ou au moins se protéger contre, l'artillerie ailée de la Présidence - non pas élue, mais héritée - actuelle.

    Il apparait cependant à tous que le Régime actuel ne pourra perdurer vu la trajectoire prise par les antagonistes. 

    Il est vraisemblable que les révoltés - privés de tout pouvoir officiel, aujourd'hui - seraient actuellement faciles à convaincre qu'une Paix leur garantissant leur représentation nationale serait une solution préférable à celle en cours  où - même ceux qui ont perdu la peur de la mort, préfèreraient vivre dans la sérénité retrouvée au moins pour leur famille.

   Il est probable que BACHAR sait qu'il en arrivera à un compromis, dans le meilleur des cas, mais il poursuit l'offensive pour avoir la possibilité que celui-ci consiste à renoncer à une partie de son territoire plutôt qu'à un partage du Pouvoir sur la totalité de son territoire.

 

    Le dilemme de l'ONU :

Comment intervenir, à titre humanitaire (au moins), pour éviter la radicalisation des positionnements dans le Maghreb et le renforcement de la propagation de l'Islamisme extrêmiste à des postes décisionnels :

 

   1) Sans apporter d'aide aux rebelles, BACHAR ne lâchera pas. Or, ne serait-ce que pour cause de structure humaine, il ne pourra perséverer éternellement et, il est déjà abandonné  par une partie de ses troupes.

La fin du conflit non gérée collectivement, le sort de la Syrie échappera totalement au contrôle du reste du Monde laïque.

 

   2) Il est évident que si les rebelles tiennent si bien c'est parce qu'ils sont soutenus par des puissances Islamiques qui leur procurent à la fois des moyens de lutte et l'état d'esprit nécessaire, jusqu'auboutiste, qui maintient intactes leurs motivations quelle que soit la conjoncture.

 

  Conséquence : Soutenir l'action des Révoltés en leur fournissant des armes, par exemple, revient à fournir des armes simultanément aux forces qui les soutiennent, Islamistes extrêmistes, Talibans, ..., moyens qu'ils pourraient ensuite copier, multiplier et utiliser contre leurs expéditeurs.

                         Ne pas soutenir leur action, revient à abandonner leur Victoire au mérite des Islamistes et voir la Syrie devenir une zone de "non droit International", ce qui sera la conséquence logique de son origine de "non devoir International."

 

  Evidemment : L'idéal aurait été de convaincre BACHAR de cesser ce combat et d'entrer en négociation mais il est vraisemblable que si cela avait été possible ce serait déjà fait. 

                       Les Russes, et par entrainement leur partenaire la Chine, n'ont probablement pas reçu la garantie que le nouveau régime leur serait autant rattaché que l'actuel et attendent sans doute des garanties en ce sens, que les autres pays de l'ONU ne peuvent leur certifier, ne serait-ce que pour rendre la négociation possible et ne pas donner aux Rebelles le sentiment (immédiat) qu'il y a tentative de leur confisquer leur révolution.

 

  Le Choix de l'ONU est, on le conçoit, difficile. Mais moins que demain.

  En supposant que demain leur choix demeure possible, en vérité, et pas seulement en apparences !!!.

 

  Espérons que les Responsables de l'ONU, qui ont de la difficulté à sortir de leur vision zoomée, sauront prendre le recul nécessaire pour, à la lueur de la vision panoramique et de ses révélations, avoir l'audace d'Intervenir...suffisament tôt.

 

  Cette discussion m'a confortée dans mon opinion (article précédent), même en connaissance plus consciente des causes de l'inertie actuelle des instances en charge de régir la sérénité Internationale.

 

  Françoise

PS1 : KOFFI ANNAN, (Prix Nobel de la Paix) médiateur nommé pa l'ONU et la ligue arabe, a donné sa démission à dater du 31 Août faute de disposer des moyens d'accomplir sa mission  

PS2 : J'entends parler de "guerre civile" alors que les civils ne s'agressent pas entre eux mais subissent les bombardements et les attaques au sol des militaires !!! Je crois qu'il y a, au minimum, abus de langage, au plus, manipulation de la communication.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise ANRIGO - MARTIN - dans Avis en partage - Actualité -
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Françoise ANRIGO - MARTIN
  • : Vision du contrôleur de gestion des stratégies d'entreprises et des stratégies politiques et recherche du pilotage optimum en fonction de l'évolution sociétale
  • Contact

Profil

  • Françoise ANRIGO - MARTIN
  • Chef comptable puis Auditeur, puis Professeur et, désormais, également Maitre Praticien en PNL.

Texte Libre

Pour les Etudiants, Entrepreneurs de demain et pour les Chefs d'Entreprises d'aujourd'hui.

         Afin que chacun progresse sur son chemin professionnel qui est une des voies d'accession au plateau d'excellencelà où le raisonnement atteint la vitesse de l'intuition dont il ne se distingue que par le sentiment de certitude qui l'accompagne. L'action juste (forme, fonds et délai) en résulte.
      J'invite, ceux qui viendront jusqu'à ce blog, à proposer leurs avis en utilisant la rubrique "commentaires"

                      De Fonds Sérieux, de Forme Joyeuse :  ---------------------> 
En Alliance avec la Vie

                                F. A-M

  Nombre de Consultants de ce blog    créé le 23 -09-2008   : 60.122       au   10-10-2014

                               Il y a, actuellement,   personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte Libre

Pages